Environnement et énergie

Le secteur canadien de l’acier et l’environnement

Les entreprises membres de l’ACPA prennent en compte leurs obligations environnementales et sociales pour s’assurer que l’ensemble des Canadiens continue à tirer parti dans notre pays d’une production d’acier de niveau mondial.

Nos principes en matière de durabilité

      1. De conserver des normes élevées de rendement environnemental dans tous les aspects des opérations.
      2. De travailler à l’amélioration permanente du rendement des entreprises et du secteur en   élaborant et en adoptant des processus, des pratiques, des technologies et des produits nouveaux et améliorés.
      3. Optimiser l’utilisation des ressources dans l’élaboration, la production et l’utilisation des produits de l’acier en nous efforçant, entre autres :
        A. de récupérer, de réutiliser et de recycler l’acier;
        B. d’utiliser de façon efficace l’énergie et l’eau;
        C. d’élaborer des produits de l’acier et des applications de celui-ci ayant une valeur ajoutée;
        D. d’accroître la consommation des co-produits de l’acier;
        E. de réduire les déchets de la production d’acier.
      4. D’élaborer de nouveaux produits de l’acier permettant de disposer de plus d’énergie renouvelable et d’aider les autres industries à améliorer leur rendement         environnemental.

 

Performance environnementale de l’ACPA en 2011

Les aciéries sont fortement implantées dans de nombreuses collectivités à travers toutes les régions du Canada. Les entreprises membres de l’ACPA savent fort qu’elles doivent surveiller leur performance environnementale et assumer leurs obligations communautaires pour que tous les Canadiens continuent à tirer parti, dans notre pays, d’une production d’acier de niveau mondial. Elles s’efforcent en permanence d’apporter des améliorations de nature environnementale à toutes les phases de la production de l’acier. Voici les mesures de la performance des entreprises membres de notre association en regard des principaux indicateurs environnementaux.

Ces indicateurs de la performance environnementale englobent, à moins d’indication contraire, ceux des installations suivantes : AltaSteel, ArcelorMittal Dofasco, ArcelorMittal Contrecœur , ArcelorMittal ContrecoeurOuest, Essar Steel Algoma, Evraz Inc. NA Canada (Regina), Gerdau Cambridge, Gerdau Manitoba, Gerdau Whitby, Ivaco Rolling Mills, U. S. Steel Canada – Hamilton Works et U. S. Steel Canada – Lake Erie Works.

En 2011, la relance des niveaux d’exploitation des aciéries canadiennes amorcée l’an dernier, à la suite des niveaux plancher enregistrés en 2009 du fait du ralentissement économique mondial, s’est poursuivie. Les niveaux de production d’acier ont été légèrement plus faibles en 2011 que l’année précédente. Cela signifie que les capacités de production des aciéries canadiennes ont été moins utilisées, ce qui a nui directement à leur efficience opérationnelle et a freiné la réduction de leurs émissions.

ÉMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES

Les aciéries membres de l’ACPA sont parvenues, depuis 1990, à réduire de 20 % leurs émissions d’oxyde d’azote (NOx). Leurs taux d’émission, en 2011, ont été comparables à ceux enregistrés avant le ralentissement économique mondial. Au cours de la même période, les émissions d’anhydride sulfureux (SO2) provenant des aciéries intégrées ont été réduites de 65 %. Quant à leurs émissions totales de particules, leur niveau a été inférieur de 9 % à celui de 1990.

Ces niveaux sont légèrement plus élevés que ceux observés en 2010. Cela s’explique par la réduction d’efficience des processus de production, qui est imputable à la diminution de la production totale d’acier.

Nota : Le total des particules en suspension ne comprend pas les résultats de Gerdau Cambridge ni de Gerdau Whitby du fait d’un manque de données dans les rapports chronologiques.

Toujours en 2011, les émissions de benzène ont continué à diminuer puisqu’elles ont atteint un niveau inférieur de 87 % à celui de 1990. Un certain nombre d’aciéries intégrées ont d’ailleurs mis en œuvre des projets de réduction des émissions de benzène au cours de l’année.

EAU

Dans le cours de leur production, les aciéries canadiennes traitent l’eau qu’elles ont utilisée avant de la retourner dans l’environnement naturel. Le total des matières en suspension dans l’eau ainsi rejetée a augmenté par rapport au niveau de 2010 parce que l’une des installations à éprouver des difficultés de fonctionnement. Des travaux sont en cours pour y remédier. À l’échelle de l’industrie, le niveau total des matières en suspension est resté inférieur de plus de 30 % à celui de 1995.

RECYCLAGE DE L’ACIER

L’acier est le matériau le plus recyclé sur la planète, et la ferraille d’acier est un intrant important dans sa fabrication. En 2011, les aciéries canadiennes en recyclé environ 7 millions de tonnes de ferraille d’acier, ce qui équivaut à 7 millions de voitures! Depuis 1990, les aciéries canadiennes ont recyclé plus de 168 millions de tonnes d’acier.


CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ÉCONOMIES D’ÉNERGIE

Les données de 2011 sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2) et sur l’énergie ne sont pas encore disponibles. Les graphiques sur les émissions de CO2 et sur la mesure de l’intensité énergétique permettent de visualiser la performance de l’industrie dans ces domaines tout au long de 2010. Ils seront mis à jour lorsque les données de 2011 seront disponibles.

La performance de l’industrie canadienne de l’acier en matière de consommation d’énergie et d’émissions de dioxyde de carbone s’est améliorée entre 2009 cent 2010, jusqu’à revenir à des niveaux comparables à ceux d’avant la récession. En 2010, l’intensité énergétique du secteur a diminué de 25 % par rapport à son niveau de 1990. Au cours de la même période, les émissions de dioxyde de carbone ont baissé de 27 %. Le niveau des émissions absolues de CO2 est maintenant inférieur de 29 % à celui de 1990.

GESTION DES DÉCHETS

Les sociétés membres de l’ACPA s’approchent de l’élimination complète des équipements contenant des BPC. En 2011, plus de 98 % de ces équipements avaient été mis hors service.


PRÉVENTION DE LA POLLUTION PAR LE MERCURE

L’ACPA est partisane, dans toute la mesure du possible, de l’utilisation exclusive de ferraille d’acier ne contenant aucun mercure. Dans leur désir de contribuer encore plus à la protection de l’environnement, les sociétés membres de l’ACPA ont adopté une politique exigeant que toute la ferraille d’acier qu’elles utilisent soit exempte de toute trace de mercure. Ces sociétés ont volontairement ajouté cette exigence à leurs politiques d’achat de ferraille. Dorénavant, les fournisseurs de ferraille doivent fournir la preuve qu’ils ont mis en place des programmes pour détecter, retirer, suivre et éliminer comme il convient toutes les traces de mercure dans la ferraille vendue aux sociétés membres de l’ACPA. Ces dernières se réservent le droit de procéder à des vérifications des activités des fournisseurs de ferraille pour s’assurer du respect de ces exigences.

Depuis 2008, l’ACPA a financé, conjointement avec l’Association canadienne des constructeurs de véhicules, l’initiative ElimiMercure, un programme destiné à retirer les interrupteurs au mercure des véhicules. Ce programme et celui de Evraz Inc. NA, le  General Scrap Program, appliqué dans l’Ouest du pays, ont permis de retirer plus de 413 000 interrupteurs de la chaîne de recyclage de l’acier depuis 2008.

L’efficience énergétique

Benchmarking Report Analyse comparative de l’intensité énergétique dans l’industrie sidérurgique canadienne maintenant disponible. Cliquez ici pour obtenir plus d’information.

Nous sommes fiers que les entreprises canadiennes du secteur aient été classées parmi les meilleures, en ce qui concerne l’implantation  des les meilleures technologies existantes et rentables économiquement.

C’est là un concept essentiel pour l’ACPA car il illustre non seulement le recours des technologies de classe mondiale mais également les pressions concurrentielles qui s’exercent sur un secteur faisant une utilisation intensive des capitaux et travaillant sur l’un des marchés les plus ouverts et les plus concurrentiels dans le monde.

Lutte contre la pollution par le mercure

Depuis 2008, l’Association canadienne des producteurs d’acier (ACPA) et l’Association canadienne des constructeurs de véhicules (ACCV) appuient conjointement un programme appelé ÉlimiMercure qui vise à éliminer le mercure de la filière du recyclage de l’acier. Mis en œuvre par Summerhill Impact (auparavant appelé Fondation Air pur), ÉlimiMercure s’adresse directement aux recycleurs et démonteurs du secteur de l’automobile pour leur permettre de retirer, de collecter et de gérer les interrupteurs d’éclairage d’appoint et les modules de capteur des systèmes de freinage antiblocage (ABS) qui contiennent du mercure dans les véhicules en fin de cycle de vie utile. Lorsque ces interrupteurs et capteurs ont été récupérés, ces véhicules peuvent alors être compressés, déchiquetés et recyclés sous forme de nouvel acier. Ce programme met aussi à la disposition des recycleurs et des démonteurs des documents de formation et des ressources pédagogiques. Pour obtenir des informations additionnelles sur ÉlimiMercure, veuillez vous rendre à http://www.switchout.ca/french/index.aspx.

ÉlimiMercure vient de terminer sa quatrième année de fonctionnement. Grâce à la participation des recycleurs et des démonteurs de toutes les régions du Canada, ÉlimiMercure a permis de recueillir 67 542 interrupteurs en 2011.

Le tableau 1 résume les résultats de la collecte en 2008-2011.

Tableau 1: Résultats du programme ÉlimiMercure

Paramètre

Résultat en 2008

Résultat en 2009

Résultat en 2010

Résultat en 2011

Objectif de collecte d’interrupteurs

39 000 interrupteurs

60 000 interrupteurs

112 000 interrupteurs

129 000 interrupteurs

Taux estimé de collectea

12%

20%

40%

50%

Nombre réel d’interrupteurs recueillis

64 011 interrupteurs

112 167 interrupteurs

76 866 interrupteurs

67 542 interrupteurs

Taux rèel de collectea

19,7%

37,4%

27,4 %

26,2%

Taux d’efficacitéb

Ne s’applique pas pendant la première année du programme national de collecte des interrupteurs

36,3%

69,6%

78,9%

a Le nombre anticipé d’interrupteurs au mercure à recueillir est évalué en utilisant un modèle comparable mis au point pour le National Vehicle Mercury Switch Recovery Program des États-Unis. Le site Web http://www.elvsolutions.org/model.html donne de plus amples détails sur ce modèle.

b Le taux d’efficacité est égal à un (1) moins le ratio du nombre des interrupteurs au mercure accessibles chaque année dans les véhicules en fin de cycle de vie utile qui sont démantelés, recyclés, déchiquetés ou broyés par les recycleurs de véhicules.  Le taux d’efficacité augmente avec le nombre d’interrupteurs recueillis.